Appy Geek

RapidShare va licencier 75% de ses employés !

GIZMODO
GIZMODO
MONDAY, MAY 20, 2013 7:47 PM GMT
Le site de téléchargement direct RapidShare, qui a longtemps traversé une période difficile en termes d'image et par extension d'affluence, se voit dans la nécessité de licencier 75% de ses effectifs pour redresser la barre.

Longtemps parmi les sites les plus visités au monde, RapidShare a su se faire connaître grâce à son service de téléchargement direct très performant, lancé en 2004. Profitant même de la mort de Megaupload pour apparaître comme le premier outil de téléchargement direct durant une long période, l'image que renvoyait RapidShare, celle d'une plate-forme favorisant le piratage, l'a vraisemblablement rattrapé. Et c'est aujourd'hui que l'entreprise, visiblement victime de son succès, en paie lourdement les conséquences, obligée de licencier 45 de ses 60 employés.

Cela n'est pourtant pas faute d'avoir tenté de redorer son blason suite aux nombreuses critiques qu'elle a essuyées. Le service d'hébergement de fichiers avait notamment été qualifié de « site voyou » par le gouvernement américain et attaqué en justice par les différents acteurs majeurs de l'industrie culturelle. En 2010, la RIAA avait présenté sa liste des « marchés notoires étrangers » et comptait RapidShare parmi les sites pirates les plus importants.

Dans l'année qui a suivi la compagnie a ainsi dépensé d'énormes sommes d'argent - des rapports suggèrent environ 500.000 euros - de lobbying visant à changer l'image du site et à convaincre les entreprises concernées que la plate-forme était particulièrement attentive à la protection de leurs droits d'auteur.

À court terme, la stratégie semble avoir porté ses fruits. Depuis 2011, RapidShare a disparu de la liste de l'USTR, laissant supposer que les sociétés de divertissement avaient estimé que la plate-forme se dirigeait dans la bonne voie. Dans les mois qui ont suivi, et notamment à la suite de la fermeture de Megaupload, RapidShare a apporté d'autres modifications à son business plan, notamment la publication d'un "plan anti-piratage" très controversé, ceci afin de prendre des mesures plus sévères pour dissuader les personnes partageant des fichiers de favoriser le piratage. En conséquence, le trafic a lourdement chuté.

Parce qu'elle le pouvait, l'entreprise assurait à ses employés, l'année dernière, qu'ils ne seraient pas licenciés. Pire, elle était encore en mesure d'embaucher du monde... Aujourd'hui, on le constate, les conséquences sont catastrophiques. « Les salariés eux-mêmes ne croient pas à la survie de l'entreprise », a affirmé la source, à l'origine de l'information, au journal 20Minutes de Suisse.

« La situation est telle que nous devons réduire les coûts et malheureusement, nous devons nous séparer d'un certain nombre de nos employés », a annoncé Kurt Slider, actuel CEO de l'entreprise. Et celui-ci de terminer et conclure : « RapidShare est maintenu, et l'opération actuelle prévoit des plans concrets pour l'avenir ».

[torrentfreak]

Read the article on Appy Geek

Read the original article